La journée du réenchantement dans le diocèse d’Alsace

[vc_row row_type="row" use_row_as_full_screen_section="no" type="grid" text_align="left" background_animation="none" css_animation="" css=".vc_custom_1536672782178{margin-bottom: 50px !important;}"][vc_column width="1/4"][vc_gallery interval="3" images="29488"][/vc_column][vc_column width="3/4"][vc_column_text]Vendredi 8 mars, Patrick Wolff, directeur diocésain de l’Enseignement Catholique d’Alsace, et l’équipe diocésaine du réenchantement invitaient les conseils d’établissement des 33 écoles catholiques d’Alsace à un temps fort. Ainsi, des élèves, des professeurs et tous les chefs d’établissements se sont retrouvés dans le nouvel auditorium du collège Saint Etienne à Strasbourg autour du thème « la responsabilité en partage ».   Patrick Wolff introduisait la journée : « Pascal Balmand, notre Secrétaire général, avec l’équipe nationale du réenchantement, nous a proposé le thème de la « responsabilité en partage ». L’équipe diocésaine du réenchantement, fidèle à la méthode préconisée (penser, explorer, partager), a donc commencé par réfléchir et nous nous sommes dit : « faisons un pas de côté et demandons à des personnes qui ne travaillent pas dans l’Enseignement catholique quelle est leur conception de la responsabilité en partage et comment ils vivent la responsabilité dans leur réalité professionnelle ». Des personnalités d’horizons très différents nous ont fait l’honneur d’accepter notre invitation. Grand merci à eux ! »   Après l’introduction de Pascal Balmand, la table ronde réunissant des personnalités du monde politique, économique, artistique et universitaire apporte des éléments de réflexions sur le sujet. Marc Larchet, responsable de la communication pour le diocèse de Strasbourg, donne successivement la parole à Nathalie Ernst, Conseillère départementale du Bas-Rhin, Ariane Matiakh, cheffe d’orchestre, Michel Deneken, Président de l’Université de Strasbourg, Anne Siegel, dirigeante d’entreprise.   Pour Pascal Balmand, « la responsabilité en partage, c’est la manière dont nous nous faisons grandir les uns les autres. Cela se vit en trois étapes : dans la première, je vois et reconnais l’autre, il existe. Dans la deuxième, une parole vraie et responsable consiste à lui dire : « tu as du prix à mes yeux, j’ai besoin de toi » et enfin, ensemble nous faisons des projets. »   Nathalie Ernst poursuit : « Pour se lancer en politique, j’ai besoin de l’autre. J’ai besoin de construire le projet avec les autres. Il faut une horizontalité des échanges entre les élus et les citoyens. Il faut avoir le courage de porter ses valeurs. »   Ariane Matiakh reprend cette idée du besoin de l’autre : « Un chef d’orchestre sans les musiciens n’émet aucun son. Mon rôle est de coordonner tous les autres. Je dois aussi leur demander de faire les choses comme moi j’ai envie de faire les choses. »   Dans ses fonctions, le chef d’orchestre élabore les saisons musicales. « Je dois choisir ce que les musiciens vont présenter, vont jouer, vont enregistrer. Ces choix façonnent notre image. Dans l’orchestre des musiciens sont là depuis 30 ans, alors que moi comme chef je ne serai que de passage. Il faut arriver à les ouvrir encore à du nouveau. Le secret dans le travail d’un orchestre, c’est de toujours rester centré sur la passion qui nous anime : la musique… Quand j’arrive quelque part dans un orchestre, j’ai très peu de temps pour découvrir les leaders, les talents et faire avancer tout l’orchestre. Je dois arriver à donner la responsabilité aux plus forts, à amener tous les musiciens à avancer le plus loin.  Il ne faut pas non plus étouffer le talent des plus forts sous prétexte qu’on joue collectif. Un équilibre est à trouver. Nikolaus Harnoncourt disait : la perle nait de la perturbation de l’huitre. »   Pour Mme Matiakh, l’autorité d’un chef vient de la hiérarchie et de sa capacité à être flexible et créatif.   « Quand j’arrive dans un orchestre que je ne connais pas, je viens déjà avec ma vision de l’œuvre. J’aurai en face de moi des personnes qui ont la leur. Je ne suis pas là pour imposer coûte que coûte ma vision, mais pour essayer de créer une interprétation qui colle le plus à ce que voulait le compositeur. »         Michel Deneken, en tant que président de l’université de Strasbourg, doit mener une politique publique au service de l’Etat. Il évoque sa responsabilité liée à l’histoire et à la notoriété de l’institution. « Je dois répondre de 53000 étudiants, de 5300 enseignants chercheurs. Avec 18 prix Nobel, dont 14 allemands, et 4 prix Nobel en cours, j’ai pris un trois étoiles en main. Une fois que vous avez 3étoiles, il faut les maintenir ! » Partant de l’horizontalité de la responsabilité, M. Deneken précise : « Moi je suis responsable de toi comme toi tu l’es de moi, mais moi je suis plus responsable de toi… Je suis élu, je dois rendre compte. Le chef prend des options. Arrêtons de croire que tout est horizontal. S’il n’y a pas quelqu’un qu’on a envie de suivre, on n’avance pas. Dans les décisions à prendre, j’ai une responsabilité ultime. »   Pour le président de l’université, une de ses responsabilités, c’est aussi de donner un cap pour les dix années à venir. Les instances aident à faire émerger les décisions. « Le cap, je le fixe grâce à la culture de la remise en cause permanente des savoirs. Grâce au bouillonnement de la réflexion des équipes… Le responsable, c’est quelqu’un qui endosse la responsabilité, qui est un serviteur. Je suis serviteur de personnes qui ont des talents extraordinaires.  Réenchanter le monde, c’est aussi le désembourber ! »   Anne Siegel est chef d’entreprise. « J’ai été salariée dans le public et dans le privé, je suis passé par une étape : au départ je ne me rendais pas compte de l’importance de faire rentrer de l’argent. La notion financière, je ne l’avais pas. Pour un chef, elle est importante.   Ensemble quand on réussit, nos clients sont contents, nous sommes tous contents. A la clef, il y a une réussite financière. Si un projet ne marche pas, je ferai quand même en sorte que les employés puissent avoir leur salaire. C’est mon engagement de chef d’entreprise. C’est un vrai bonheur pour moi de faire grandir des gens qui sont dans mon entreprise. Je les invite à continuer à se former. Cela les fait grandir. Dans une équipe, chacun a droit à l’erreur… Faire équipe, c’est ne pas toujours être au top de ma forme, mais les collaborateurs peuvent-ils prendre le relais ? »   L’équipe diocésaine du réenchantement a invité des jeunes à participer à cette journée : « De cette façon, nous pourrons écouter leur parole. C’est dans cet esprit que les collégiens présents...

Formation aux pédagogies coopératives au collège Ursuya à Hasparren (64)

[vc_row row_type="row" use_row_as_full_screen_section="no" type="grid" text_align="left" background_animation="none" css_animation="" css=".vc_custom_1536672782178{margin-bottom: 50px !important;}"][vc_column width="1/4"][vc_gallery interval="3" images="29469"][/vc_column][vc_column width="3/4"][vc_column_text]Les établissements du Pays d'Hasparren se sont retrouvés afin de se former aux pédagogies coopératives. Un travail de réseau, dans les écoles mais aussi au collège, en lien avec le conseil écoles-collèges et le travail effectué en cycle 3.   Nous avons mis en place un  accompagnement personnalisé de l'élève au travers des diverses séquences de vie d'un collégien. Différents leviers ont été listés en équipe, que ce soit au niveau de la vie scolaire, de l'animation pastorale, de l'équipe pédagogique, de la communication aux familles ou bien de la communication en interne parmi les acteurs de la communauté.   D'une façon générale nous avons souhaité diversifier les modalités d'apprentissage et mieux cerner la diversité du public accueilli. Cela fait suite à un questionnement de l'équipe mais aussi à des demandes directes d'enseignants.   L'enjeu de la formation pour l'établissement était de faire en sorte que les élèves bénéficient d'un meilleur accompagnement et s'épanouissent individuellement mais aussi collectivement au sein de l'établissement.   A l'issue de la formation, l'objectif était que les personnes réunies soient capables de mettre en oeuvre de nouvelles modalités d'apprentissage en classe en s'adaptant au public observé. A défaut d'en être encore capable, l'objectif était de susciter l'envie d'évoluer.   Quatre établissements ont participé à cette formation d'après Jim Howden, formateur-consultant, au centre Angèle Mérici à Paris. Plusieurs enseignants ont demandé à poursuivre la démarche entreprise, nous allons donc programmer de nouvelles sessions pour la rentrée 2019-2020.[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]...

La responsabilité partagée pour mieux vivre à l’école Saint-Roch à Rouvroy (62)

[vc_row row_type="row" use_row_as_full_screen_section="no" type="grid" text_align="left" background_animation="none" css_animation="" css=".vc_custom_1536672782178{margin-bottom: 50px !important;}"][vc_column width="1/4"][vc_gallery interval="3" images="29464,29466"][/vc_column][vc_column width="3/4"][vc_column_text]A l'école Saint-Roch à Rouvroy, nous avons abordé le thème de la responsabilité partagée pour mieux vivre à l'école. Nous avons pris comme point de départ les pétales sur l'affiche de la semaine du réenchantement.   Le lundi 4 février nous avons fait des ateliers en classe sur le thème "écouter une parole, reconnaître, permettre que chacun : adulte, élève, puisse avoir une parole écoutée et reconnue. Nous avons donc mis en place des "Quoi de neuf ?" ; "les trois kiffs" ; la lecture des cahiers de liaison en maternelle...

Amour et Loi, une responsabilité en partage au lycée La Providence à Thionville (57)

[vc_row row_type="row" use_row_as_full_screen_section="no" type="grid" text_align="left" background_animation="none" css_animation="" css=".vc_custom_1536672782178{margin-bottom: 50px !important;}"][vc_column width="1/4"][vc_gallery interval="3" images="29457,29459"][/vc_column][vc_column width="3/4"][vc_column_text]Pour la semaine du réenchantement, nous avons proposé chaque jour un temps pour permettre à l'ensemble de la communauté éducative de vivre des moments de partage et de réflexion.   Lundi, les sixième ont chanté dans la cour de récréation. Mardi, les élèves ont réalisé une fresque "Enracinés dans un même esprit pour vivre ensemble un projet". Mercredi, nous avons confectionné 3000 biscuit du bonheur, réflexion avec les lycéens sur le règlement intérieur. Avec les adultes nous avons réfléchi sur la thématique de la responsabilité en partage. Jeudi nous avons diffusé un diaporama sur notre Père fondateur  le Père Gapp. Nous avons également célébré l'Eucharistie pour les volontaires. Enfin vendredi nous avons eu un temps de partage dans les classes. Nous avons eu des ateliers sur plusieurs thèmes : charte de classe au collège, partage des talents au premier degré, confection d'un porte clé en seconde à offrir aux petits, concours de logos en première. Ce sont les terminales qui ont organisé la semaine du réenchantement au Lycée de la Providence à Thionville.[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]...

Vivre au rythme de la responsabilité en partage à l’école Saint-Joseph à Lodève (34)

[vc_row row_type="row" use_row_as_full_screen_section="no" type="grid" text_align="left" background_animation="none" css_animation="" css=".vc_custom_1536672782178{margin-bottom: 50px !important;}"][vc_column width="1/4"][vc_gallery interval="3" images="29449,29450"][/vc_column][vc_column width="3/4"][vc_column_text]Cette année l'établissement vit au rythme du thème de la responsabilité en partage. Conformément au projet d'établissement, les élèves sont sensibilisés aux questions environnementales. Ce sont eux qui trient les déchets à la cantine, le plastique est proscrit, les piles et les bouchons sont récoltés pour être recyclés...

Partage et solidarité dans le réseau d’école de Chiché, Boismé, Saint-Sauveur et Faye l’Abesse (79)

[vc_row row_type="row" use_row_as_full_screen_section="no" type="grid" text_align="left" background_animation="none" css_animation="" css=".vc_custom_1536672782178{margin-bottom: 50px !important;}"][vc_column width="1/4"][vc_gallery interval="3" images="29445,29446"][/vc_column][vc_column width="3/4"][vc_column_text]Environ une soixantaine de parents participaient à cette journée du réenchantement. Ils étaient présents dans les ateliers en partenariat avec l’équipe enseignante. Les communautés éducatives des quatre écoles ont apprécié ce temps de partage avec l’équipe enseignante, le personnel des écoles, l’Unicef et tous les bénévoles présents.   Le 8 février environ 340 enfants des écoles de Boismé, Faye-l’Abesse, Chiché et Saint-Sauveur se sont retrouvés sur le site de Boismé dans le cadre de la « Journée du Réenchantement ».   En partenariat avec l’Unicef, ont été organisés huit ateliers divers, une course et un repas solidaire.   Eau : sensibiliser les enfants aux valeurs liées à l’eau Virus : sensibiliser à l’importance de la vaccination Chamboule tout : sensibiliser à l’éradication d’un virus Puzzle : sensibiliser aux autres actions d l’Unicef Kamishibaï : sensibiliser au respect des uns envers les autres. Portrait : sensibiliser les enfants aux différences qui nous caractérisent, à l’esprit d’amitié qui doit nous animer Mémory : sensibiliser les enfants au rôle de l’Unicef Valise : sensibiliser à notre dépendance matérielle qui nous fait oublier l’essentiel.   Les élèves ont également pu participer à une course et un repas solidaire ainsi qu’un flashmob.   L’engagement des enfants et de leurs familles a permis de récolter 800€ qui ont été remis au Président de l’Unicef des Deux-Sèvres suite au Flash mob qui a réuni tous les acteurs pour la fin de journée.[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]...

Bouge pour ta planète à l’école du Petit Castelet à Tarascon (13)

[vc_row row_type="row" use_row_as_full_screen_section="no" type="grid" text_align="left" background_animation="none" css_animation="" css=".vc_custom_1536672782178{margin-bottom: 50px !important;}"][vc_column width="1/4"][vc_gallery interval="3" images="29439,29440,29441"][/vc_column][vc_column width="3/4"][vc_column_text]Lundi 4 février : partage d'un objet fabriqué en classe pour un enfant d'une autre classe : affiches et livrets, pour dire les moments de partage vécus en classe cette année.   Mardi 5 février : messe pour les enfants des classes élémentaires, célébration pour les enfants des classes maternelles, étapes de baptême, lancement de l'opération MEFAMDEV : partage avec une association des quartiers pauvres de Manille Philippines et responsabilité.   Jeudi 7 février : vers le label E3D : élection des éco-délégués.   Vendredi 8 février : passage des éco-délégués dans les classes de maternelles et élémentaires pour présenter les projets : tri des déchets : papier, piles, emballages, autres économie d'énergie : eau, électricité, chauffage Alimentation et jardin potager. [/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]...

« Le fruit le plus agréable et le plus utile au monde est la reconnaissance. » Ménandre dans le Diocèse de Belly-Ars (01)

[vc_row row_type="row" use_row_as_full_screen_section="no" type="grid" text_align="left" background_animation="none" css_animation="" css=".vc_custom_1536672782178{margin-bottom: 50px !important;}"][vc_column width="1/4"][vc_gallery interval="3" images="29420,29423,29424,29425,29426,29427,29428,29429"][/vc_column][vc_column width="3/4"][vc_column_text] Dans le cadre de la semaine du Réenchantement de l’école, nombreux sont les établissements du diocèse qui ont souhaité vivre l’expérience de ce Réenchantement autour de deux thèmes : celui de la responsabilité en partage, et celui du remerciement.   Pascal BALMAND, secrétaire général de l’Enseignement catholique, insiste d’ailleurs sur cette notion de vivre ensemble une expérience: « Ce qui apparait central dans le processus du Réenchantement, c’est l’expérience vécue et son témoignage. Plus on manifestera de la joie et de l’enrichissement à travailler ensemble dans un diocèse, plus cette expérience pourra faire tache d’huile. Je suis convaincu du fait que nous avons tout à gagner à placer notre action dans une perspective porteuse de sens. »   Ce numéro spécial du DEC INFO se veut un florilège des expériences vécues au cours de cette semaine du 4 au 9 février 2019.   La direction de l’enseignement catholique de Belley-Ars remercie les établissements qui ont bien voulu tenter de vivre ensemble cette expérience du Réenchantement.   Voici un projet que vous pouvez retrouver dans la galerie de l'article : Une classe découverte en cinéma et spectacle à l'école Sainte-Thérèse à Girèges (01) Depuis le jeudi 31 janvier 2019, les élèves ont participé à un projet cinéma avec l'intervention de Raphaël et d'Isabelle, membres de "La pantomime lumineuse". « La pantomime lumineuse » est une classe découverte du cinéma et du spectacle qui propose une structure support pour les projets éducatifs et artistiques choisit par les écoles. Trois types d’intervention sont proposées, nous avons choisi le format « interventions cinéma », menées par des animateurs techniciens spécialistes de la réalisation de film scolaire.   Chaque semaine ils sont venus filmer les élèves afin de créer un petit film par niveau de classe. Ainsi les maternelles ont été les acteurs d'un petit film le jeudi 31 janvier et le vendredi 1er février. Puis les élèves de CM1 et CM2 se sont, à leur tour, mis dans la peau de différents personnages afin de créer leur propre film pendant la semaine consacrée au réenchantement, du 4 au 8 février. Le lundi 11 février, les copains de cycle 2 ont été sollicités à leur tour pour mettre en scène leur film. Les intervenants ont été formidables, très patients avec les élèves et pour les remercier de leur présence dans l’école, chacune des maîtresses ainsi que Carine a amené le repas du midi, à tour de rôle, pour pouvoir profiter au maximum de cette ambiance " cinéma". Raphaël ou Isabelle remarqueront peut-être de futurs acteurs pour les années à venir, qui sait ??[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]...

Souvenir de la journée de vendredi 8 février 2019 à l’école Saint Joseph à Guereins (01)

[vc_row row_type="row" use_row_as_full_screen_section="no" type="grid" text_align="left" background_animation="none" css_animation="" css=".vc_custom_1536672782178{margin-bottom: 50px !important;}"][vc_column width="1/4"][vc_gallery interval="3" images="29417,29416,29415,29414,29413,29412,29411,29410,29409,29408,29407,29406,29405,29404,29403,29402,29401,29400,29399,29398,29396,29394,29393,29391"][/vc_column][vc_column width="3/4"][vc_column_text]Pour la semaine du réenchantement nous avons choisi de « partager pour rassembler toutes les énergies et donner chair à la créativité » …   Nous avons demandé aux enfants ce qu’ils souhaiteraient faire s’ils étaient libres de choisir des activités…   Nous avons ensuite sélectionné 9 ateliers parmi ceux choisis avec les délégués de chaque classe :   Cuisine Magie Défis Danse/expression corporel Dessins Yoga/relaxation Modelage/poterie Maquillage Origami   Des parents volontaires se sont inscrits dans les ateliers pour guider et encadrer les enfants.   Nous nous sommes tous retrouvés autour d’un pique-nique sur le temps de midi. Voici en images nos ateliers « réenchanteurs » …[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]...

Cinéma, fraternité et responsabilité pour réenchanter à l’école Saint-Charles à Blois (41)

[vc_row row_type="row" use_row_as_full_screen_section="no" type="grid" text_align="left" background_animation="none" css_animation="" css=".vc_custom_1536672782178{margin-bottom: 50px !important;}"][vc_column width="1/4"][vc_gallery interval="3" images="29386"][/vc_column][vc_column width="3/4"][vc_column_text] Pour réenchanter l’école, l’équipe de St Charles a choisi de vivre la fraternité autour d’un projet cinéma.     Les élèves de CE2/CM1/CM2 sont partis en classe cinéma la semaine du 4 février dans l’abbaye de St Maur (49). Ils ont découvert la vie en société, Angers et sa région. Mais ils se sont surtout éveillés aux techniques de tournages et aux réalités des acteurs.     Pendant ce temps les plus jeunes ont partagé des activités regroupées durant les temps de l’après-midi : activités montessoriennes, anglais, jeux de société, constructions. Grâce à la participation de l’APEL, une intervenante du centre de kaplas de Paris est venue les initier aux techniques de construction. Ils ont créé leur univers avec : bâtiments, animaux, chemins…Les parents ont été invités à voir leur réalisation.     Les élèves de MS/GS échangent courrier et objets avec une classe en Afrique. Ils ont réalisé une petite vidéo pour leur présenter nos journées de classe.     Les élèves de GS/CP/CE1 ont appris à se servir de la fonction vidéo sur tablettes. Pour donner du sens, ils ont saisi plusieurs moments de ces activités.     Les plus grands ont préparé des interviews qu’ils ont menés auprès des adultes de notre communauté. Ils ont ainsi compris le métier et la responsabilité de chacun.     Nous continuons ce projet et repenserons comment présenter notre établissement aux nouvelles familles. [/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]...